Entre Chartres et Châteaudun, au bord du Loir,
un Lumineux logis du 16e s. en Perche-Gouët
Châteaudun, EURE-ET-LOIR center-val-de-loire 28200 FR

The online English translation will soon be available.

Location

Au sud-ouest de Paris, aux abords de la Beauce, dans un village historique et un environnement tranquille de 800 habitants, la maison de village close de murs, jouit d'une région riche et préservée, patrie de Marcel Proust, aux étendues infinies.
Bien desservie par les réseaux routiers, la propriété se situe tout près d’une gare directe jusqu’à la capitale en 1h30 seulement. Les services de bouche de base et de proximité sont, de plus, accessibles à pied.

Description

Au cœur de l’une des fameuses seigneuries du Perche érigée en marquisat par un roi amoureux, la maison fut construite dans la basse-cour, c’est-à-dire la première cour de l’enceinte de la motte castrale des 10e et 11e s. Plus tardive puisque du 16e s., la maison s’insère dans le cadastre villageois à côté de l’église paroissiale du 12e s., inscrite à l’inventaire des "monuments historiques", le mur d'enceinte et la façade de la maison étant classée "site patrimonial remarquable". Le village est traversé par une rivière champêtre.
Au bord d’une rue large et peu encombrée, la propriété est ceinte d’un épais mur d’enceinte à la douce modénature arrondie et blanchie à la chaux. L'entrée, par une grille cintrée, dévoile une cour arborée et très fleurie. À gauche, le logis témoigne de la transformation des habitations rurales à l’époque de la Renaissance. Les maisons médiévales de village à étroites ouvertures, hautes et serrées, laissent alors place à des habitations plus accueillantes. Les plans d’occupation des sols s'élargissent en effet à l'heure où l’encerclement protecteur des bourgs par les murs de ronde n’ont plus de raison d’être.
La maison est à deux niveaux d’élévation. Sa configuration traversante après les travaux opérés sous le contrôle des Bâtiments de France laisse agréablement filtrer la lumière. Une grange en bon état et bien sèche permet d’entreposer des meubles. Le jardin s’allonge devant les constructions puis tourne à gauche pour former la base d’un « L ». Un pré, clairsemé d’arbres fruitiers, permet de tout imaginer : potager, piscine…
Enfin, la propriété conjugue les souvenirs du passé au confort de demain par sa qualité énergétique, sans avoir à envisager de travaux.

La maison principale

Sous un toit d'anciennes tuiles plates fort de nombreuses lucarnes jacobines et fenêtres de toit, les épais murs extérieurs du logis, partiellement couverts à la chaux ou d'enduit couleur de sable, sont un assemblage à tête vue de pierres calcaires irrégulières associées à du silex que l’on trouve dans la région. Des briques encadrent les ouvertures cintrées. De gracieuses glycine et vignes vierges arpentent et courent les façades, investissant par de nouvelles couleurs l'apparence de la maison.
Quatre portes récentes en bois massif, cintrées, à épais double vitrage et anti-effraction protègent du froid et des intrusions.


Rez-de-chaussée
En passant par l’entrée principale, un palier au sol en tomettes à cabochon permet de déposer ses affaires dans un vestiaire et de pénétrer dans la salle à manger ouverte sur la cuisine. Une grande cheminée médiévale sert maintenant de décor sous les poutres apparentes qui, sur tout le long du niveau, ont été parfaitement restaurées et peintes en gris. Un étonnant escalier cubique surprenamment contemporain pourrait à tort sembler anachronique si s'étaient effacées les vues géométriques des édifices sur les fresques de Giotto, plus d’un siècle auparavant la construction de la maison.
La cuisine ouverte sur la pièce est en bois massif de couleur miel et pavée de marfin. Les sols du reste du rez-de-chaussée sont en plancher massif à l’anglaise, en tomettes anciennes ou en pierres anciennes. À côté, le salon présente une grande cheminée médiévale fonctionnelle abritant un insert qui chauffe l’étage au-dessus. Les radiateurs sont en fonte et sont des copies d'anciens.
À droite de l’entrée, par le vestiaire, passant devant les toilettes, se trouve dans la deuxième partie de la maison. Un palier dessert, derrière des portes noircies, des toilettes et une salle de bains carrelée à l’ancienne. La baignoire, placée dans une ancienne auge, est surmontée d’une mosaïque récente représentant un Bon Pasteur à l’agneau dans le style romain paléo-chrétien, lointaine réminiscence de l’ancien camp romain qui jouxtait cette terre à l’époque gallo-romaine. Le pavement fait de tomettes anciennes brille de leur longévité. À côté, une chambre avec douche, dont la structure est dominée par une gargouille gothique, a la particularité d’avoir accueilli, scellé dans l’embrasure de la fenêtre, un remarquable ensemble de carreaux médiévaux d’époque dont un exemple historié, présentant une femme en pied et de profil terrassant un animal fabuleux. En face, se remarque un pilastre surmonté d’un demi-chapiteau sculpté d’un visage féminin de face typique du 13e s. À l’arrière, une deuxième cuisine dans le couloir propose de nombreux placards non loin de la chaufferie.
Premier étage
Il faut monter l’étonnant escalier volumétrique aux marches aisées à parcourir. Sur le petit palier, une banquette disposée là pour le décor permettrait de parcourir un livre posé dans une des niches creusées dans le mur. Une « family room » ou salle de loisir, avec télévision, sert d’antichambre entre la chambre des maîtres de céans, celle des amis et les deux chambres d’enfants.
La chambre des maîtres de maison, d’environ 25 m2, est éclairée de quatre fenêtres dont trois de toit. De profonds placards à vêtements rappellent les nombreuses places de rangement de la maison. Un coin bureau éclairé par une fenêtre, des toilettes séparées, une salle d’eau, détonnent par la clarté qui s’en dégage et leur apparence de fraîche nouveauté.
À proximité : la chambre d’amis, dont le mur-cheminée restauré forme un décor derrière le lit. À côté, un bureau lumineux d’environ 9 m2. Les chambres d’enfants pourront être redécorées en fonction de leur futur usage.

Grange
Sur une quarantaine de m2 au sol, la grange jouit d’une imposante charpente ancienne en excellent état. Une porte ancienne à l’arrière donne accès à la rue. Une mezzanine permet d’entreposer d’autres éléments en hauteur.
Jardin
En deux parties, il est annoncé par la glycine et la vigne vierge des murs de façade face à la cour et à la petite piscine-bassin ornée d’opulents massifs d’hortensias et de roses. Au fur et à mesure, se révèle un jardin aux multiples essences : un arbre à goji, aux baies revitalisantes, un olivier, un oranger du Mexique, puis différentes plantations de magnolia, noisetier hybride, boules dites de Noël, si gonflées de pétales au printemps, devant un bassin à poissons rouges, un arbre à papillon, des lilas blanc et un prunier sauvage.
En tournant à gauche, se découvre l’autre partie du jardin : le verger avec poiriers, églantine, framboisiers et cerisiers où l’on pourrait imaginer une piscine.

Our opinion

Les délicats arrondis, la douce épaisseur des murs, un ancien toit de chaume désormais de tuile, croulant sous la glycine et la vigne vierge ; se présente l'archétypal tableau chamarré, si souvent lié aux récits de conte d’enfants qui ne vieilliront jamais. Les gros murs ronds et épais blanchis à la chaux qui encadrent l’entrée de la propriété surprennent par leur gracieuse enveloppe. Vivre ici, c’est se sentir à l’abri des heurts.
Le confort du chauffage et de l’isolation impeccables par leur efficacité et leur faible coût, est bienvenu dans le contexte de nos économies et de nos besoins essentiels. Le jardin, ni trop grand ni trop petit dans un village, fort bien planté, propose la respiration indispensable à nos équilibres. Enfin, les hauteurs sous plafond et les surfaces des pièces sont suffisamment spacieuses pour faciliter l’aise des occupants. Grand avantage : le verger, terrain privé constructible, peut accueillir une piscine ou une idée de génie.
Enfin, l’ancienneté des lieux, parfaitement restaurés tout en restant fonctionnels, attise la sensation de vivre dans un enracinement historique apaisant.

466 300 €
Fees at the Vendor’s expense


See the fee rates

Reference 181981

Land registry surface area 2255 m2
Main building surface area 239 m2
Number of bedrooms 5
Outbuilding surface area 70 m2

French Energy Performance Diagnosis

Consultant


Sixtine de Naurois +33 1 42 84 80 85

contact

Share

send to a friend Pinterest linkedin Facebook

NB: The above information is not only the result of our visit to the property; it is also based on information provided by the current owner. It is by no means comprehensive or strictly accurate especially where surface areas and construction dates are concerned. We cannot, therefore, be held liable for any misrepresentation.

By continuing your navigation, you accept the use of cookies to offer you services and offers adapted to your centers of interest and to measure the frequentation of our services. Learn more